lundi 9 décembre 2013

Les oreilles au chaud.

L'hiver est lié à l'élément eau.
Les méridiens "vedettes " sont les reins et la vessie.
Et l'organe associé est : l'oreille !

Il est donc temps de venir  prendre un bain sonore, ou une séance de Thérapie par les Sons !

Plus sérieusement, il est temps de vous nourrir de beaux sons, de sons doux et chauds, mais aussi...de silence.

Lorsque la neige tombe en épais tapis on peut râler parce que la circulation va être difficile,
jubiler à l'idée des batailles de boules de neige,
créer des bonhommes au formes surprenantes.
Mais l'on peut aussi écouter son environnement et noter le filtre que crée ce manteau neigeux.

Je me souviens de promenades dans mon Auvergne natale où, arrêtant le seul bruit de mes pas, je pouvais entendre la respiration de la nature endormie, un soupçon de vent, et un silence serein.
Non pas un silence angoissant de vide et de non vie, mais un silence plein, un silence de doux sommeil.

A la prochaine chute de neige ouvrez grand vos oreilles, ressentez leur épanouissement, surtout quand vous êtes habitué à un bruit de fond citadin constant qui tend à nous crisper les oreilles.
C'est cela :
Détendez vos oreilles.

Et dans ce doux silence tournez votre écoute vers votre musique intérieure, votre symphonie singulière, votre harmonie cellulaire.
Si vous entendez quelques grincements, quelques couacs, il est temps de prendre soin de vous : de vous écouter !
Sinon profitez.

Et pour que vos oreilles reviennent aux sons extérieurs en douceur et légèreté allez écouter les carillons Koshi qui sont une pure merveille.

Voilà, vos oreilles sont détendues, bien au chaud dans ce bain sonore, ou sous la couette de votre petite (ou grande) musique de vie.

lundi 2 décembre 2013

Musiciens, écoutez-vous !

Je voulais publier un article sur les oreilles, liées à l'énergie de l'hiver.
Un article sur l'écoute du silence, l'écoute de soi, de sa petite musique intérieure...

Mais Facebook en a décidé autrement !

Une pédagogue de haut vol et que j'apprécie au plus haut point a partagé cet article du Figaro.fr que je partage à mon tour avec vous maintenant :
Les maux tabous des musiciens

Évidemment dans un format aussi court le journaliste ne peut pas prétendre être exhaustif et présenter tous les angles de vue du sujet.

C'est donc, tout d'abord, un véritable élan de gratitude envers Thierry Hillériteau (le journaliste) et Sophie Hervé (la pédagogue) que j'ai ressenti.

Pour avoir vécu un certain temps dans le milieu des musiciens classiques, et rester en lien avec nombre d'entre eux, je sais qu'il faut un niveau d'intimité important pour qu'ils puissent envisager de vous confier leurs maux professionnels.
Plusieurs peurs sont liées à cela, souvent liées au jugement :
que vont penser les producteurs ?
vont-ils continuer à m'engager ?
que vont penser mes collègues ?
que ma technique n'est pas correcte ?

Cet article, et des artistes de plus en plus nombreux refusant le tabou, est donc un cadeau pour la nouvelle génération des jeunes professionnels ou étudiants en cours de professionnalisation.
Les aînés disent : voici ce que vous pouvez vivre un jour...ou pas... n'hésitez pas à consulter au plus tôt, sans honte, sans peur du jugement, sans tabou.

Gratitude donc.

Mais il faut tout de même développer un peu, élargir le champ de vision, regarder sous d'autres angles.

Le médecin de Vengerov dit : "Désormais le travail est dans ta tête".
Bien sûr Vengerov s'est blessé en faisant du sport, mais pourquoi s'est-il blessé ?
"J'avais l'occasion de remettre à plat toute ma technique qui reposait surtout sur un travail en force" répond l'artiste. Tout n'est-il pas dit ?

Que dit leur corps à ces artistes qu'ils n'ont pas pu entendre avant ?
Ces professionnels de l'écoute ne tourneraient-ils leurs oreilles (les revoilà) que vers l'extérieur ?
Oui, pour l'exigence technique incontournable : justesse, rythme, phrasé.
Oui, pour le jeu en harmonie avec ses partenaires.

Voici un  petit exercice que j'aime à faire lors de mes ateliers :
prenez un son, ou le début d'une musique, pas trop long, une trentaine de secondes.
Écoutez-le en concentrant votre écoute par votre oreille droite.
Comment ressentez vous la musique ?
Recommencez, avec le même son, la même musique, mais avec l'oreille gauche.
Quel est votre ressenti ?
Et maintenant branchez vos deux oreilles en même temps.
Quel est votre ressenti ?

Pour répondre à ses trois questions vous avez eu besoin :
- d'être à l'écoute de votre corps durant la musique
- d'être à l'écoute de votre corps durant le silence qui a suivi.
si vous avez d'autres points à ajouter, n'hésitez pas.

Durant cet exercice qu'avez-vous écouté ?
Vous !

C'est ce retour à soi, à l'essentiel, à sa petite musique intérieure que je souhaite à tous les artistes dont le métier (dé)tourne les oreilles vers l'extérieur d'abord.
La re-connaissance de ses motivations profondes, de sa voix intérieure, libère les potentiels créatifs, affectifs, physiques et offre une nouvelle vie professionnelle aux artistes, loin des maux et des souffrances muettes qui leurs sont liés.

Artistes, ou non, si ce chemin vers l'écoute de soi vous parle, je serai heureux de vous accompagner, avec mes instruments et la sonopuncture.

Chers artistes, vous nous êtes précieux, ne vous oubliez pas, écoutez vous.